Chapitres d’ouvrages

Dans cette section, je présente les chapitres d’ouvrages et leur teneur. Je fais ce travail petit à petit : les références retravaillées s’affichent en noir et bleu, les références que je n’ai pas encore eu le temps de présenter dans le détail en gris. 

Kolly, B. (2021, à paraître). Notices « Coéducation », « Capabilité », « Famille », « Violence », et « Pédagogie et didactique » (avec A. Vergnioux), Dictionnaire de philosophie de l’éducation, coord. Kolly, B. et Kerlan, A., pour la Société Francophone de Philosophie de l’Éducation.

Kolly, B. (2021). « Hospitalité et étrangeté de l’enfant ». In Go, H.L. et Riondet, X. (dir). Hospitalité en éducation. Presses Universitaires de Nancy-EDULOR. Ce chapitre s’intéresse aux débuts de la pédagogie montessorienne : il explique le terme de « maison des enfants » et réfléchit à la fabrication de l’enfant comme un étranger (un immigré, selon le terme montessorien) supposant que l’adulte soit foncièrement hospitalier à son égard, toutes considérations qui peuvent donner des pistes pour réfléchir à l’éthique éducative en général.

Kolly, B. (2021, à paraître). « La naissance de l’AGIEM au début du Xxe siècle, ou la construction d’une identité de praticiennes chez les institutrices maternelles ». In Dauphin, S. (dir). Les enseignantes en France : sexe, genre et identités (XVIe-XXe siècles). Presses Universitaires de Rouen et du Havre.

Kolly, B. (2020). « L’internationalisation montessorienne selon la stratégie du double gain : diffraction et problématiques de diffusion ». In Hofstetter, R., Droux, J. & Christian, M. (dir). Construire la paix par l’éducation : réseaux et mouvements internationaux au Xxe siècle. Genève au coeur d’une utopie. Genève : Alphil. Sommaire disponible ici, ouvrage en accès libre ici.

Go, H.L., Prot, F.M., Kolly, B. et Bouchet-Gimenez, T. (2020). « Enseigner c’est faire le programme » (ou la discussion d’un mythe pédagogique), in Collectif Didactique pour Enseigner (dit). Enseigner, ça s’apprend, Editions Retz.

Kolly, B. (2019). « Le langage corporel du professeur : une analyse proxémique ». In Collectif Didactique pour Enseigner (dir). Didactique pour enseigner. Presses Universitaires de Rennes, coll. Paideia.

Kolly, B. (2018). « Anthropologie et montessorisme : itinéraire d’une idée pédagogique ». In Riondet, X.,­ Hofstetter, R. &Go, H.L., Les acteurs de l’Éducation Nouvelle au XXe siècle. Itinéraires et connexions. Presses Universitaires de Grenoble, p. 113-138.

Kolly, B. (2018). « L’enfant comme paradigme, le sujet avec autrui : quelles modifications pour l’éducation ? ». In Derycke, M. &Foray, P. (dir). Care et éducation. Presses Universitaires de Nancy – EDULOR, p. 39-59. Ce chapitre cherche à comprendre, à partir des philosophies du « care », si l’enfant pourrait devenir un paradigme pour penser l’individu (nous serions tous des enfants, en quelque sorte), et ce que cela changerait en éducation. Je prends Pauline Kergomard et Maria Montessori comme exemples pour voir en quoi l’enfant (à la fois vulnérable et puissant) peut être un levier pour éduquer autrement. L’exemple montessorien est développé (la question du « domestique », du « pratique » et la symbolique maternelle).

Kolly, B. (2018). « L’idée d’hospitalité scolaire chez Prairat ». In Go, H.L. (dir). Ethique et éducation : questions à Eirick Prairat. Presses Universitaires de Rouen et du Havre, p. 43-60.

Kolly, B. (2017). « L’enseignant et la suspension de l’action », in Foray, P. & Kerlan, A. (dir). Le métier d’enseigner. Approches philosophiques. Presses Universitaires de Nancy – Editions universitaires de Lorraine.

Kolly, B. (2017). « Une politique de l’enfance : l’AGIEM ». In Fabre, M, Go, H.L. & Prairat, E. (dir). Ethique et politiques éducatives, Presses Universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine.

Kolly, B. (2016). « La fraternité est-elle une notion familiale ? ». In J. Riba & P. Vermeren, La fraternité réveillée. Paris : L’Harmattan.

Kolly, B. (2016). « Qui a peur de l’égalité à l’école ? », In Fabre, M., Frelat-Kahn, B., Pachod, A. L’idée de valeur en éducation. Sens, usages, pertinence. Paris : Hermann.

Kolly, B. (2016). « Révolution morale et révolution politique : de la puissance d’être à l’affranchissement, les saint-simoniennes 1832-1834 ». In Dissidences (revue) Sexualités en révolutions, XIXe-XXIe siècles.  Tome 15, mars 2016, p. 17-35.

Kolly, B. (2015). « Le statut de la norme chez Maria Montessori : « norme humaine » et norme sociale », In Go, H.L. (dir). Normes pour apprendre, Presses Universitaires de Nancy, p. 205-220. Ce chapitre est mon premier écrit sur Montessori, fruit d’une réflexion menée en collectif sur les « normes » en éducation pendant un séminaire de l’équipe « Normes et valeurs » à Nancy (2013-2014). Ce texte réfléchit au fait que Maria Montessori s’intéresse surtout à ce que l’on pourrait appeler une « norme humaine » à l’oeuvre chez l’enfant ; cette norme dépasse les « normes sociales », sans que ces dernières y soient étrangères pour autant. Pour comprendre cette pédagogie, il semble ainsi qu’il faille dépasser le paradigme et l’opposition entre nature et culture (ici invalide). Enfin, si la « socialisation » est sans conteste sous-estimée par la pédagogue (reproche fait par Wallon notamment), cette question n’est pourtant pas absente.

Kolly, B. (2015). « La politique dans le réel : éducation, travail, citoyenneté. La Voix des femmes 1848 ». In Bouchet, T., Bourdeau, V., Castelton, E., Frobert, L., Jarrige, F. (dir). Quand les socialistes inventaient l’avenir. 1825 – 1860. Paris : La Découverte, p. 307-316.

Ferrando, S. & Kolly, B. (2015). « Le premier journal féministe. L’écriture comme pratique politique. La Femme libre de Jeanne-Désirée et Marie-Reine ». In Bouchet, T., Bourdeau, V., Castelton, E., Frobert, L., Jarrige, F. (dir). Quand les socialistes inventaient l’avenir. 1825 – 1860. p. 104-112.

Kolly, B. (2014). « Sexes et philosophie : approches, enjeux, hypothèses » (à propos de L’Emile de Rousseau), in Sinigaglia-Amado, S. (dir). Enfance et genre : de la construction sociale des rapports de genre et ses conséquences. Nancy : PUN – Editions Universitaires de Lorraine, p. 53 – 65. Dans ce texte, je reviens sur L’Emile ou de l’éducation de Rousseau (1762) et je montre comment le philosophe use  de renversements et double discours contournements pour annoncer l’égalité d’un côté mais construire l’inégalité de l’autre. J’y étudie notamment la « ruse maternelle », bien différente de la « ruse du pédagogue. La « ruse » du pédagogue consiste à mettre en scène un savoir pour émanciper Emile; la « ruse maternelle » consiste pour sa part à opprimer Sophie, mais avec bienveillance, de manière à ce qu’elle s’habitue à être dominée. La mère devient ainsi le premier instrument d’oppression de sa fille. Car, écrit Rousseau, « depuis quand sont-ce les hommes qui se mêlent de l’éducation des filles ? »… 

Kolly, B. (2014). « Configurations et reconfigurations à partir d’un objet philosophique sexué : le cas des sœurs politiques », in Caillet, A. & Génin, C., Genre, sexe et égalité, étude critique de nos rôles sociaux, Paris : L’Harmattan.

Kolly, B. (2013). « Sophie ou l’éducation politique », in Douin-Hans A. M., Fabre M., Kambouchner D., Vergnioux A. (dir). L’Emile de Rousseau : regards d’aujourd’huiHermann, pp. 241 – 247.

Kolly, B. (2013). « L’affaire sororité » : fraternité, universel et inclusion des femmes dans la franc-maçonnerie », In Revauger, C. Lemaire, J. Ch., Les femmes et la franc-maçonnerie, des Lumières à nos jours, 20èmeet 21èmesiècles, La Pensée et les Hommes, Bruxelles.

Kolly, B. (2013). « Des soeurs chez les frères : configuration et reconfiguration à partir d’un objet philosophique sexué, l’exemple des soeurs politiques ». In Genin, C. Genre, sexe et égalité, L’Harmattan, collection « Colloques en actes » dirigé par Aline Caillet, p. 32-46.

Kolly, B. (2013). « La femme libre et les soeurs saint-simoniennes : la formulation d’une utopie féministe et sororale dans et par la presse ». In Le Marec, J. et Pucciarelli, M. (2013). La Presse alternative, entre la culture de l’émancipation et les chemins de l’utopie. Atelier de Création Libertaire, p. 155-169.

Kolly, B. (2012). « Déclaration, dispersion, omission : lire le texte philosophique à la lumière de la question des sexes ». In Sinigaglia-Amado, S. Enfance et genre, de la construction sociale des rapports de genre et ses conséquences. Presses universitaires de Nancy.

Kolly, B. (2012). « L’ affaire sororité » : fraternité, universel et inclusion des femmes dans la franc-maçonnerie »In Revauger, C. Lemaire, J. Ch., Les femmes et la franc-maçonnerie, des Lumières à nos jours, 20èmeet 21èmesiècles, La Pensée et les Hommes, Bruxelles.  Ce chapitre s’intéresse à une « affaire » qui a suscité la controverse au sein de la franc-maçonnerie : des soeurs maçonnes décidèrent d’user du terme « sororité » et non de « fraternité ». Je compare cette affaire à une autre, qui eut lieu cent ans auparavant, en 1890 : Maria Deraismes avait proposé que les femmes de lettres se nomment entre elles « consoeurs », suscitant l’opposition de nombreuses femmes, y compris de féministes. Ce chapitre cherche à réfléchir à deux choses (outre les enjeux de féminisation) : la fraternité peut-elle inclure des soeurs ? La sororité peut-elle constituer un espace portant à l’universel?